GUERRE DE FRANCE

 

 

Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national.

 

 

 

Accueil Liens Contacts

 

GdF Analyse
Formation Militaire
Gardes Territoriales
Information
Le renseignement
Les adversaires
Bibliographie
Videos
Sites Internet
Pages Facebook
AFO
Tir Armes Airsoft
Survivalisme
Service Militaire
Gendarmerie
Vieux éditos
Divers
Glossaire

 

 

MISE À JOUR DU 15.02.2018

 

Les articles sont classés dans l'ordre chronologique inverse

 

 

LE MESSAGE PERSONNEL DU JOUR : Saint Valentin a plus d'une corde à son arc. Je répète...

(Ces messages sont dans la tradition du genre, certains sont des plaisanteries, d'autres non, allez savoir)

 

 

Fake news ou pas ? Après on s'étonne...

 

 

 

TEMPÊTE SOUS LES KÉPIS

 

 

Après l'édition par l'Ecole de Guerre du concept de Nation en Armes, un nouveau document vient d'être édité sur le site du CDEC, soit dit en passant complètement rénové, très professionnel et éclectique : http://www.penseemiliterre.fr/ 

Il s'agit d'un mémoire sur l'emploi de la force armée sur le territoire national (TN, les militaires adorent les acronymes) :

http://www.penseemiliterre.fr/emploi-de-la-force-armee-sur-le-territoire-metropolitain-de-1791-a-nos-jours_118_1013077.html 

Les deux auteurs ont relevé la même chose que moi dans mon analyse, en étant plus complets. Voici ce que j'avais écrit : "les interventions de l'armée sur le TN (Territoire National) ont été très rares : Révolution, 1871 (Commune), 1907 (Languedoc), 1947/48 (grèves insurrectionnelles communistes), 1968 (De Gaulle Massu, avorté). C'est ce qui rend la GUERRE DE FRANCE originale et passionnante (militairement), car finalement c'est la première fois que cela arrive."

Lors d'une réunion récente, on m'a posé la question de la raison pour laquelle et du moment où l'Etat Major a pris conscience de la situation sur le TN. J'ai répondu que le boulot des militaires était d'anticiper la menace pour s'y préparer. Le réforme de l'OTIAD par le Général Pierre de Villiers en 2016 est un exemple typique (qui à mon avis lui a valu son éviction, car pour les bizounours LREM et un président mondialiste qui prend ses ordres on se demande où, cette réforme impliquait la prise en compte d'une guerre sur le TN et ça c'est pas kacher ni halal). A suivi le plan "Au contact" du général BOSSER autre outrage au politiquement innocent aux mains pleines, juillet 2017, c'était hier matin.

Une nouvelle couche a été ajoutée avec le concept de Nation en Armes, très récemment. 

Et avec cet article, c'est carrément l'apothéose.

Les chefs de bataillon Alexandre BANCEL et Jean-Luc GROSSIN peuvent numéroter leurs abatis, car ils pourraient se retrouver devant un "murdeconisateur" au titre de la loi que le Président Macron est en train de faire voter à son ramassis d'énergumènes illettrés de sa majorité à l'assemblée nationale sur les "fake news".

 

Le quadrille commence vraiment à la page 7 et ça défrise, accrochez vous :

 

"l'armée est d'extraction populaire", transmis fort et clair au 33ième étage de la pyramide du Louvre,

"l'armée porte l'esprit de défense des Français, qui s'appuie sur les valeurs de fraternité et de sacrifice qui ont fait la France", transmis à Attali, Soros, Jupiter et consorts,

"accroître la peur du militaire chez l'adversaire", reçu 5 sur 5 ?

"accentuée par l'imprévisibilité du soldat", transmis dans le neuf cube,

"l'incertitude doit changer de camp", transmis à l'oumma,

"l'armée doit intervenir par surprise", ça promet, mais où et quand, c'est pas précisé, ce sera dans la pochette cadeau,

"préférer les procédés mobiles permettant d'observer, de surveiller ou de contrôler une zone", la zone bleue des patriotes ou la zone rouge des ZUS ?

"dispersion de l'armement", du déjà vu dans le rapport Nation en Armes,

"conservation d'un armement discret en civil pour les officiers sur le modèle Israélien", Jésus Marie Joseph quelle horreur, Boubakeur t'en penses quoi ?

"générer le doute chez l'adversaire", les auteurs ont lu Sun Tsu,

"l'imprévisibilité est nécessaire pour reprendre l'initiative tactique et dissuader l'adversaire", on dirait du Foch,

"posture plus agressive", dans le style Bataille d'Alger, Bigeard, tu vois, ils s'y mettent ?

"militarisation des véhicules, communication dissuasive", on bidouille du véhicule civil style Garde Territoriale ?

"désinhiber le soldat en débloquant quelques verrous de l'environnement juridique", transmis au syndicat des juges rouges murdeconisateurs,

(nota : en l'absence d'état de siège, c'est en effet le code pénal civil qui s'applique aux soldats de Sentinelle, il faut vraiment avoir l'âme chevillée au corps pour faire feu, ce qui est arrivé à plusieurs reprises, avec maîtrise et sang froid (pas de balles perdues, ni de dégâts collatéraux, un miracle)),

"attribution aux militaires de pouvoirs de police administrative", on va nous ressortir la stigmatisation au faciès,

"maillage territorial efficace, Voisins Vigilants (et chasseurs de l'Oise)", on s'en occupe,

"fidélisation à des zones", c'était le boulot des régiments de DOT (dont j'ai fait partie),

"territorialisation de la réserve, remaillage de la France, points sensibles", on savait faire à l'époque toujours avec la DOT,

"ennemi intérieur", depuis Hollande, on attend des noms,

 

Bon, Florence (Parly), tu mets ton treillis et tes rangers, et on va t'expliquer.

 

 

 

 

 

FORMATION MILITAIRE

 

Voir la page générale FORMATION MILITAIRE

Voir la page TIR/SNIPER

 

 

 

 

MODIFICATIONS DU SITE

 

Mise à jour du 15.02.2018

http://www.penseemiliterre.fr/ 

 

 

Mise à jour du 09.02.2018

 

 

LUTTE CONTRE LES EEI

 

 

ÉDITO du 15.02.2018

 

 

 

 

Bonjour,

 

Lors d'une réunion de conspirateurs patriotes, j'ai appris plein de choses, comme quoi ça sert de discuter.

Entre autres que l'ennemi invisible (en référence avec le feuilleton US) et innommable a comme qui dirait des soucis de vision, en particulier nocturnes, pour des raisons de cousinages, ça peut servir de le savoir, il n'y a pas que cela, le QI moyen dégringole, on se demande bien pourquoi.

Autre idée qui ne m'était pas venue à l'esprit lorsque j'ai rédigé mon analyse. J'avais estimé le potentiel de l'ennemi invisible à un million, versus deux. Il faut nuancer, le nombre de personnels armés dépend du stock d'armes clandestin dans les caves, ou autres lieux incongrus. Ceci posé, derrière un combattant disposant d'une arme à feu, il y a quatre à sept personnels pour la logistique. Mais d'un autre côté, des barres de fer et des cocktails Molotov font du dégât.

L'affaire du "service national" (et non pas du rétablissement du service militaire, simplement suspendu par Chirac) est bien mal engagée. "Gérer" 800000 garçons et filles tous les ans pendant trois mois est une dinguerie. Ca va partir en vrille, et pour les dealers, c'est jackpot. Or, pour rétablir les équilibres toujours avec l'ennemi invisible, il suffit de former sérieusement 200000 hommes par an pendant deux mois pour les hommes du rang, quatre mois pour les caporaux et sous-officiers, et six mois pour les officiers (ce qu'on faisait aux EOR). Avec piqûres de rappel en "convocations verticales" ce que faisaient les régiments de DOT.

Où on risque de rigoler, c'est pour l'indispensable visite médicale et psychologique, les fameux trois jours. On va tout savoir sur le niveau réel des jeunes Français, et mettre le nez des pédagogistes dans leur caca. Et pour éliminer les brebis galeuses halal, un petit test salivaire peut être ?

 

 

Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons !

 

Colonel Napoléon de Guerlasse (pseudo),

 

 

 

Pour les éditos précédents, c'est par ici.

 

 

 

 

 

 

LA NATION EN ARMES

 

 

 

CONCEPT DE NATION EN ARMES

 

Je suis un peu tombé des nues en lisant ce document tout ce qu'il y a de plus officiel. J'ai tout lu avant de publier, car c'est une "révolution dans les esprits" qui est préconisée. En gros, les auteurs se posent la question de l'armement de citoyens autorisés au port d'arme dissimulé (et non au simple transport). Les grands esprits se rencontrent, car c'est tout à fait cohérent avec mon analyse de la situation actuelle de la Guerre de France (rédigé à la même époque), en particulier en ce qui concerne les effectifs, la nécessité impérative de tenir la zone bleue. Il faut une réponse atomisée à une menace atomisée (le nombre de victimes est proportionnel au délai de réponse armée). Le Bataclan est un bon exemple, lorsque le premier terroriste a été touché par deux policiers qui sont rentrés sans ordre dans la salle, les autres sont passés en mode "retranchement".

Evidemment, les chantres du politiquement correct, les bizounours de tous poils, les partisans du désarmement des citoyens, les hoplophobes vont s'étrangler (rappel : un désarmement précède toujours un génocide). Ce document contient de nombreuses références et liens, bonne lecture !

Ce mémoire va tout à fait dans le sens du combat de l'ARPAC : https://www.facebook.com/arpac.eu/  http://www.arpac.eu/arpac/

 

 

 

FORMATION MILITAIRE

 

Voir la page générale FORMATION MILITAIRE

Voir la page TIR/SNIPER

Dans la Guerre de France, les combattants auront droit aux EEI, dont l'emploi est caractéristique dans les combats asymétriques. Même s'il s'agit d'une mission d'exfiltration ou de gardiennage d'un village ou d'un quartier, les membres des Gardes Territoriales aussi bien que les policiers, gendarmes, policiers municipaux, soldats de la Grande Muette, seront confrontés à ce danger pervers. Il ne faut pas oublier que les "instructeurs" du camp d'en face ont été formés en Syrie et en Irak, puisque c'est une technique de dissuasion du faible au fort. Attention aux cadavres, à l'ouverture des portes, aux déplacements dans les caves et escaliers où les fils piège sont moins visibles. D'ailleurs, ces armes sont déjà en service dans les banlieues où cet illusionniste illuminé de Gégé (Collomb) veut envoyer ses poulets au casse-pipe : ce sont tout simplement les mortiers de feux d'artifice. Pou le moment c'est encore acheté chez le bougnat du coin mais seront mis en service tôt ou tard des engins plus puissants.

 

 

 

LUTTE CONTRE LES EEI

 

 

BUT DE CE SITE

 



Ce site est dédié à la préparation militaire de la guerre qui se profile sur le territoire métropolitain. L'objectif est de faire prendre conscience aux citoyens-soldats Français de la réalité de la menace, de sa nature. Ensuite guider ceux qui veulent ne pas baisser les bras, ne pas se laisser faire, dans leur préparation individuelle, puis à s'organiser en famille (la cellule la plus sûre), par quartier, ville, département, selon les opportunités locales ou au niveau national.

Parmi vous il y a des officiers qui ont appris à définir des missions, à faire du renseignement, à organiser leur unité en fonction du terrain (voir PAGE "RENSEIGNEMENT"). Comme je le démontre, ce travail de débroussaillage a un caractère d'urgence. Après, avec l'improvisation, "le système D", la qualité de base de la "French Touch", ça le fera.

Je m'adresse tout particulièrement aux sous-officiers et caporaux expérimentés, car leur rôle sera essentiel pour la cohésion de leurs groupes, où figureront des volontaires peu entraînés.

A mon sens, un "civil" est une personne qui n'a reçu aucun apprentissage militaire. Je considère a contrario qu'un civil (c'est mon cas) qui a fait son service militaire ou a été soldat professionnel reste toute sa vie un "militaire", un citoyen-soldat.

Nous sommes le camp patriote, nous avons la France chevillée au corps, les lois de la République sont à respecter. Jusqu'à la limite fixée par la déclaration des droits de l'homme de 1793, dans son article 35 :

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". Ce texte n'a plus de valeur juridique. Mais qui peut empêcher un peuple de le remettre en vigueur en pleine guerre ?

En face, nous aurons des insurgés et leurs complices jusque dans les plus hautes instances de l'État, motivés par la destruction de la Nation, de la France éternelle et la mise à bas de sa République.

Bref, si ce site peut contribuer à éviter un seul mort, ce sera déjà une victoire.