GUERRE DE FRANCE

 

 

Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national.

 

 

 

Accueil Liens Contacts

 

 

 

PAGE TRANSITOIRE

 

 

 

 

 

 

J'ai toujours été convaincu que le survivalisme individuel est un leurre en cas de razzias.
Il ne faut pas répéter les erreurs des résistants qui se sont retrouvés à gérer des réfractaires au STO. 50 à 100 personnes avec des nanas et des gosses c'est ingérable.
Votre question m'a amené à réfléchir à une doctrine d'organisation
Par lieu de vie (une ou plusieurs maisons très proches), se limiter à un groupe "GT" (9 personnels) + 4 ou 5 civils qui assurent l'intendance. Les autres civils seront répartis dans des hébergements voisins. Comme au moyen âge, en cas de grabuge, regroupement au château.
Quatre ou cinq lieux de vie dans une commune (donc la valeur d'une section à 4 groupes + groupe de commandement) sont beaucoup moins vulnérables. On peut appeler ça des clusters.
Au stade au dessus, celui de la compagnie,  quatre ou cinq clusters, dans des villages voisins, et déjà ça couvre du terrain. On est alors en configuration maillée un peu comme le combat collaboratif "Scorpion" ou la RSC. C'est donc un concept tout à fait moderne.