GUERRE DE FRANCE

 

 

Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national.

 

 

 

Accueil Liens Contacts

 

PRESSE ET TÉLÉVISIONS

 

MAJ 10.08.2018

 

Cette page accueille les interviews déjà données à des journalistes ou médias qui ont fait leur métier,

des articles décrivant la doctrine de REVEIL PATRIOTE/AFO.

 

Afin de séparer les trafics, une boîte spécialisée a été ouverte pour la presse,

les médias internet et télévisions : gdfpresse@protonmail.com .

 

 

DGSI : UNE POLICE POLITIQUE ?

 

 

MISE A JOUR DU 06.08.2018 10h30 : Cinq bobards ont été jetés en pâture à la presse : trucider des imams "radicaux" (le détail qui tue), des "revenants" de Syrie et d'Irak, des femmes voilées au hasard dans la rue, et le rappeur Médine, qui, lui, veut crucifier des laïcards, entre autres. S'y ajoute l'empoisonnement de rayons halal. Plus c'est gros, plus ça passe.

Intéressons nous à la DGSI, la page Wikipedia est suffisante pour comprendre : taper "wikipedia DGSI" sur le moteur de recherche de votre navigateur (le site a des soucis avec les lettres accentuées). Ce qu'il faut retenir : Nicolas Sarkozy, ce grand démocrate, a regroupé la DST et les RG dans la DCRI, qui dépendait de la DGPN (Direction Générale de la Police Nationale). Puis Manuel Valls, autre démocrate avéré, a instauré la DGSI, qui est sous la tutelle directe du ministère de l'intérieur "avec plus d'autonomie". 

Citons Wikipedia : "En janvier 2012, Yves Bertrand, ancien directeur des Renseignements généraux, estime dans un entretien à Mediapart, qu'« on ne fusionne pas un service dont la vocation est avant tout judiciaire et opérationnelle, comme la DST, avec un service d’information, comme les RG, qui n’a pas d’attribution judiciaire — mis à part les courses et jeux », sinon pour créer une « police politique », ce qui représente à ses yeux une « atteinte aux libertés énorme".

L'efficacité de la fusion est également interrogée après les attentats du 13 novembre 2015 en France : il lui est reproché d'avoir « surtout eu pour effet de désintégrer le maillage tissé année après année par les RG », tandis que perdurait « une culture façonnée par la guerre froide » et attachée au « modèle d'un service d'élite rompu au secret. [...] Coupée de ses racines et sanctuarisée par le secret défense, la DCRI n’a jamais autant fonctionné en vase clos ».

 

En effet, les activités de la DGSI relèvent du "secret défense", qui serait le cas échéant opposé à une commission d'enquête parlementaire, comme la pugnace commission du Sénat dans l'affaire Benalla. Bref, la DGSI est une police politique, pas toujours inspirée (affaire de Tarnac), et qui n'est pas sans rappeler un célèbre exemple historique. La plupart des terroristes musulmans étaient fichés à la DGSI, accumuler autant d'échecs (250 morts, 1000 blessés) fait douter de l'efficacité des 4400 personnels, débordés par 20000 fichés S et 4000 FSPRT. On se souviendra que le facteur déclenchant du terroriste de Trèbes a été sa convocation par courrier !

Pour redorer un blason plutôt cabossé, autant se "farcir" des papys résistants.

On a appris au passage qu'il existe une "cellule ultra-droite" au sein de la DGSI.

Je suis personnellement persuadé que les "éléments de langage", les bobards ci-dessus, ont été concoctés au ministère de l'intérieur, avec participation éventuelle de journalistes, entre autres Mathieu Suc de Médiapart (qui a déclaré que la DGSI avait demandé au Général Martinez des VpF de se calmer côté recrutement dans les milieux militaires et policiers). Pourquoi pas une collaboration des victimes théoriques pendant qu'on y est, l'affaire Benalla est là pour nous rappeler que tout est possible en Macronie. On se rappellera de la réception précipitée du CFCM au ministère de l'intérieur.

Résultat de cette x-ième opération ratée : les Français savent maintenant qu'il existe des résistants, avec un coup de publicité inespéré, et le camp d'en face sait que ça ne va pas rentrer comme dans du beurre. Bingo.

 

 

 

 

 

MISE A JOUR DU 05.08.2018 10h30 : Au plus fort de la crise, plusieurs journalistes nous ont contactés, il y en a encore qui font leur boulot. A la fois par hasard et du fait d'une pugnacité indéniable, le Grand Chef à Plumes a accordé sa première interview au Parisien (reprise ensuite par plusieurs media mainstream).

 

LES CONFIDENCES DU FONDATEUR DU GROUPUSCULE AFO

Propos recueillis par Jérémie Pham-Lê 31 juillet 2018, 19h52  MAJ : 31 juillet 2018, 20h03

Soupçonné d’avoir dirigé une cellule d’ultradroite islamophobe, Guy S. nous livre sa version des faits.

 

Pour la première fois, le leader du groupuscule AFO, soupçonné par l’antiterrorisme d’avoir fomenté des attentats contre des cibles musulmanes, s’exprime. Mis en examen sous contrôle judiciaire, Guy S. se défend de tout projet d’action violente.

 

Guy S. est un homme libre mais sous haute surveillance. Mis en examen le 27 juin pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » dans l’affaire du démantèlement du groupuscule Action des forces opérationnelles (AFO), cet ancien policier de 65 ans a vu sa remise en liberté confirmée par la chambre de l’instruction jeudi dernier. Au grand dam du parquet de Paris, qui avait réclamé son placement en détention provisoire.

 

Soupçonné d’avoir dirigé une cellule d’ultradroite islamophobe, aux côtés de dix autres membres également mis en examen, il livre sa version des faits. Cet homme « en colère » est hébergé dans les Hauts-de-France, loin de son domicile en Charente-Maritime, et a l’interdiction d’entrer en contact avec les autres acteurs du dossier, dont son épouse.

 

Pourquoi acceptez-vous de vous exprimer aujourd’hui ?

 

GUY S. Puisque Alexandre Benalla a eu un droit de réponse dans son affaire, je me donne aussi la possibilité par votre journal de taire tous les fantasmes. J’ai subi injustement 96 heures de garde à vue à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), passé deux jours à Fleury-Mérogis avant que le juge des libertés, puis la chambre de l’instruction, constatent que, dans le dossier AFO, les services de renseignement ont essayé de me faire passer pour un terroriste que je ne suis pas.

 

Vous restez toutefois mis en examen. Qu’est-ce que l’AFO exactement et pourquoi l’avez-vous fondée ?

 

Une mise en examen ne signifie pas culpabilité. L’AFO, ce n’est pas un groupe d’ultradroite. J’ai fondé ce rassemblement le 8 octobre 2017 après notre séparation avec les Volontaires pour la France, qui voulaient faire plus de politique. Nous, notre objectif, c’est de rassembler des gens de tous bords et toutes confessions pour des formations pratiques : nous formons nos membres à se défendre via des stages de survivalisme ou de premiers secours, en vue d’événements que nous ne maîtrisons pas.

 

Lesquels ?

 

Il y a le terrorisme, bien sûr, mais aussi les guérillas urbaines, les attaques à domicile… Sur l’attentat de la promenade des Anglais à Nice, pensez-vous que les victimes s’y étaient préparées ? Contrairement à ce qui a été écrit, nous ne cherchons pas la confrontation. Nous nous préparons à nous défendre et à nous entraider dans une démarche humanitaire. Certains d’entre nous sont juste des personnes isolées qui ont peur ! L’AFO aurait pu s’appeler sécurité civile, mais le nom était déjà pris !

 

Qui compose l’AFO ?

 

Comme je l’ai dit à la juge d’instruction, nous sommes un certain nombre de membres sur toute la France dont je tairais le nombre, mais il n’est pas ridicule. Nous avons des mélenchonistes, des centristes, des juifs, des chrétiens, des musulmans et même un imam ! Nous ne sommes pas islamophobes. La plupart d’entre nous sont des retraités de la police, de la gendarmerie ou de l’armée. J’ai moi-même terminé ma carrière en tant que major de police en 2004. J’ai exercé de longues années à Marseille et en région parisienne, sans jamais violer la loi ou la déontologie. Mon casier judiciaire est vierge. Vous croyez vraiment qu’à 65 ans, avec mon insuffisance cardiaque et respiratoire, je vais prendre les armes et tuer des gens ?

 

Comment expliquez-vous alors les 36 armes retrouvées en perquisition chez les membres de l’AFO ?

 

D’après ce que je sais de la procédure, la majorité des armes retrouvées sont des fusils de chasse ou une carabine à moineaux. Certaines sont dites détenues illégalement, mais c’est juste parce que leurs propriétaires ont oublié de faire une déclaration car se sont des antiquités ! Les pistolets, ce sont surtout des armes utilisées pour des tirs sportifs. Quant aux grenades à plâtre, ce sont de vieilles reliques de service militaire. D’ailleurs, comme leur nom l’indique, elles sont inoffensives à moins de se les faire exploser sous le nez. Lors de la perquisition à mon domicile, les enquêteurs m’ont reproché d’être en possession de documents de formation militaire. Mais ils sont issus de bouquins vieux de quarante ans ou trouvés sur Internet !

 

La DGSI a néanmoins retrouvé un laboratoire d’explosif chez un de vos membres dans les Yveline.

 

Je ne l’explique pas car je ne connais pas cet individu. Il est de la région parisienne et dépend du responsable du secteur. Depuis ma mise en examen, il m’est impossible pour moi de me renseigner pour comprendre pourquoi cet homme avait ce laboratoire chez lui. Je ne connais pas tous nos membres éparpillés sur l’ensemble de la France ! Sur les dix mis en examen, je n’en connais que deux : ma compagne, Marie, et Dominique C., qui était mon bras droit. J’ai seulement croisé de vue à des réunions deux ou trois autres membres mis en cause mais c’est tout. Notre rassemblement est autonome et cloisonné.

 

Votre groupuscule a-t-il pu accueillir des membres virulents malgré vous ?

 

Nous essayons au maximum de contrôler nos adhérents. Ma compagne qui s’occupait du site Réveil Patriote faisait un premier filtre dans les inscriptions en tapant leur nom sur les réseaux sociaux, puis Dominique C. faisait passer des entretiens téléphoniques. Mais nous ne sommes pas dans la tête des gens pour savoir ce qu’ils préparent réellement ! Les excités du bulbe, avec des délires d’attentat, nous essayons de les virer systématiquement.

 

L’AFO est soupçonné de plusieurs projets d’attentats contre des cibles liées à l’islam. Que répondez-vous ?

 

S’il est avéré que certains membres de l’AFO ont élaboré des projets d’attentat, j’estime qu’ils ont un problème au cerveau. Stratégiquement, c’est débile car ce serait utiliser les méthodes des terroristes islamistes. Et c’est contre-productif car qui pourrait cautionner de tels actes ? Les Français ne se sont pas soulevés après les attentats du Bataclan, de Nice, de l’église à Saint-Étienne-du-Rouvray, que je sache. Comme je l’ai dit à la chambre de l’instruction, je condamne toute action violente.

 

Quant aux projets évoqués, cela me semble irréalisable. Dans les cibles, la juge m’a parlé de 100 à 150 imams radicaux. Mais avec quels moyens ? Tout comme cela me paraît stupide qu’on nous prête des intentions de s’attaquer à des femmes voilées au hasard dans la rue. On nous a dit aussi qu’on voudrait empoisonner de la nourriture halal. Mais, là encore, comment et dans quel but ? C’est aussi ridicule que ceux qui veulent balancer du porc devant les mosquées.

 

 

 

La menace devait être neutralisée», selon les enquêteurs :

 

« Certes, Guy Sibra ne semble pas directement impliqué dans les projets d’attentat. Mais il n’en reste pas moins le leader d’un groupe dont certains membres virulents élaboraient des actions violentes. La menace devait être neutralisée. » Telle était la réaction, ce mardi soir, d’une source très proche de l’enquête après les propos tenus par le fondateur du groupuscule AFO dans nos colonnes. Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se refusent à sous-estimer le risque que faisait peser le réseau d’ultradroite sur la France. Au moins deux suspects ont reconnu des velléités de passages à l’acte lors de leur garde à vue. Et sur les treize membres mis en examen, quatre -les profils les plus dangereux- ont été placés en détention provisoire.

 

Il y a, parmi eux, Daniel R. Cet ancien militaire de 31 ans, benjamin du groupe, est soupçonné d’avoir abrité un petit laboratoire d’explosif clandestin à son domicile des Yvelines. Des éléments entrant dans la confection du TATP -une substance explosive instable prisée des djihadistes- ont par ailleurs été saisis chez lui : eau oxygénée, acétone… Ainsi qu’une grenade artisanale. D’autres membres ont été aperçus s’entraînant à la grenade dans une forêt de Bourgogne, ou ont été repérés alors qu’ils cherchaient à se procurer des armes. Si tout le monde ne semblait pas avoir connaissance des projets d’attentats, de nombreuses cibles ont été évoquées dans le cadre de discussions : détenus condamnés pour terrorisme islamiste, imams radicaux ou encore rappeur -aux propos polémiques…

 

 

 

 

 

https://ripostelaique.com/attentats-de-lultra-droite-merci-aux-branquignols-qui-ont-concu-ce-coup-foireux.html 

 

MISE A JOUR DU 16.07.2018 : La guerre ne va pas sans propaganda et inversement. On peut dire que le communiqué du lundi 25 juin à 4h du matin de l'AFP était un petit chef d'oeuvre de désinformation, de fake news, concocté à un très haut niveau, bien au dessus des petits chefs de la piscine.

Le problème est que ce communiqué (puis ensuite l'empoisonnement des rayons halal, pas encore pillés par les émeutiers supporters des mercenaires de l'équipe de France) ne correspond absolument pas à la réalité.

Un certain nombreux de journalistes, que je remercie encore de leur professionnalisme, ont eu des doutes et m'ont contacté par la boîte guerredefrance@protonmail.com . Je vous répondrai les uns après les autres. 

De même, cette page a été créée sur ce site pour regrouper les articles et interviews donnés par moi même, qui ne représente que www.guerredefrance.fr , étant entendu que les personnes mises en examen ne peuvent pas s'exprimer du fait de leur contrôle judiciaire, seuls leurs avocats peuvent le faire.

A votre disposition, mais vous n'allez pas être déçus du voyage.

Quelques conseils : 

-- Consulter au préalables deux interviews, celles données à Jean Robin (Editions Tatamis sur You Tube) et celle de Riposte Laïque.

-- Interviewer Monsieur le Procureur Molins pour lui demander : quels étaient les objectifs, lieux et personnes (ça intéresse le CFCM qui devait se porter partie civile, et qui depuis s'écrase mollement) ? Combien de TATP avait été fabriqué par le "petit chimiste" ? Comment fait on pour se servir d'une grenade au plâtre ? Avec quel poison était il envisagé de semer la terreur dans les rayons halal : jambon, croquettes au porc pour chattes ménopausées, saucisson, lardons, pinard, étant entendu que le Sidi Brahim vaut carrément une attaque au Ziclon B.

 

 

 

MISE A JOUR DU 10.07.2018, 19h : Il y a deux types de journalistes, ceux qui recopient les dépêches AFP ou prennent leurs ordres directement auprès des communicants des ministères et de la présidence, ou carrément sont soupçonnées par mes soins de participer aux réunions de préparation des manipulations de l'opinion, comme Marine* Truchi et surtout Matthieu Suc (* ce qui fait désordre pour une marxiste avérée). En effet le camarade Suc raconte que vu la vitesse de recrutement des Volontaires pour la France, la DGSI avait ordonné à Yvon Blot et au Général Martinez d'arrêter les frais en juillet 2017, surtout dans les milieux militaires et gendarmerie. C'est par ici. D'où le départ de nos fameux SOIT DISANT  terroristes d'ultra droite de cette association qui se contente de commenter sans agir comme beaucoup d'autres.

Et il y a ceux qui sont un peu plus curieux, dans la mesure de la longueur de la laisse. D'autres sont vraiment libres.

Ce site GUERRE DE FRANCE, qui ne contient strictement rien d'illégal, sinon il serait fermé par décision de justice, a quand même fait l'objet d'attaques "cyber", seulement voilà, l'hébergeur est en France et blindé. Idem pour la messagerie PROTON, perturbée le week end dernier.

Soyons clairs, je ne m'exprime qu'en tant que responsable de la publication de ce site, et en aucune manière au nom des personnes arrêtées et mise en examen, ni pour Réveil Patriote et la désormais célèbre AFO, qui, comme le souligne un avocat, relevait un peu quand même du fantasme, et n'existait que sur le papier, un peu comme les unités Proterre du Général Bosser.

Les personnes mises en examen et leurs avocats ont semble t'il choisi le silence, le risque est quand même vingt ans, et bien entendu, il est hors de question d'interférer dans leur légitime défense.

Mais, Guerre de France a fait la une des plateaux TV et journaux pendant huit jours, et il a été raconté un monceau d'inepties par de soit disant spécialistes, qui m'ont fait beaucoup rire car comme je connais le sujet pour en être au coeur, franchement des fois on se demande.

Le site Guerre de France a été présenté comme une vitrine AFO, ce qui est absolument faux. Certes, il y avait une page AFO avec quatre fiches passablement anodines. En fait, de nombreux liens avec des sites de la mouvance permettent aux lecteurs de se forger une opinion, y compris pour les Volontaires pour la France, une autre organisation comme le CCP du général Piquemal ayant demandé à ne plus être référencée.

J'ai donné dans un premier temps une interview à la chaîne 5 des Izvestia le jeudi 28 juin, l'équipe de tournage de trois personnes ayant filmé dans une ville de Normandie. Ces trois jeunes Russes sont tombés des nues quand je leur ai décrit la situation et lorsqu'ils se sont rendu ensuite dans des lieux mythiques comme la Madeleine à Evreux, Mantes la Jolie et son Val Fourré, Trappes, ou Paris, ils n'ont pas été déçus du voyage : inimaginable chez Poutine.  Liens à suivre.

C'est une chaîne service public, plusieurs millions de téléspectateurs à la clé, et un Poutine ravi de mettre en boîte Jupiter.

Ensuite, Jean Robin, dont j'apprécie les analyses, qui est souvent lucide et très cruel, a enregistré une interview audio, écoutée et validée aujourd'hui.

Si vous êtes journaliste, vous pouvez sans soucis diffuser et reproduire les propos que je tiens dans cette vidéo, qui sont évidemment argumentés sur ce site. Vous comprendrez que je ne peux m'exprimer à visage découvert, vu que je risque une fatwa...

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0yTyMCOLR7g&t=564s