GUERRE DE FRANCE

 

 

Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national.

 

 

 

Accueil Liens Contacts

 

 

BATACLAN/MÉDINE

 

 

MISE À JOUR DU 23.09.2018

 

 

AVERTISSEMENT

 

 

 Le 19 octobre 2018 aurait été la journée de tous les dangers, mais les jours qui précèdent aussi. Cette série d'articles (ce "fil"), n'a d'autre but que de présenter la réalité du terrain, dans une froide analyse militaire, de rappeler le contexte, d'identifier les risques de troubles à l'ordre public, et les possibilités de dérive vers un affrontement entre la manifestation légitime des patriotes et les "tenants du système islamique", avec les destructions et pillages auxquels nous sommes maintenant habitués.

 

Ce n'est en aucun cas un appel à un attentat ou une action violente.

 

Bataclan veut dire joyeux vacarme ou remue ménage...

 

 

 

Le communiqué de Médine pour sa capitulation est intéressant à analyser, mot par mot comme l'a fait Jean Robin pour le super-menteur Salim Laïbi.

"Certains groupes" : ah bon ? pas tous ? Même la lâcheuse Marine avait protesté.

"D'extrême droite" : tiens donc, l'ultra droite n'existe plus ? On est plus des terroristes ? Transmis aux barbouzes du CNCT.

"Des manifestations" : c'était un des problèmes posés au sénillissime démissionnaire, la pluralité potentielle des associations, groupes informels, ou individuels comme les familles de victimes, pouvant manifester. Très difficile à contrôler. A contrario le camp d'en face était aussi hétéroclite et s'agissant d'orientaux...

"Dont le but est diviser" : c'est la fameuse inversion accusatoire, grande spécialité des suppôts de l'islam.

"Raviver la douleur des victimes" : toujours l'inversion accusatoire, c'est Médine qui provoque délibérément pour humilier les victimes, la France et les patriotes, mais c'est évidemment de notre faute.

"Respect des familles" : quel "enfoiré" !

"Garantir la sécurité de mon public" : ben voyons. Il est évident que faire entrer en les contrôlant 1500 spectateurs principalement musulmans et de banlieue sous les huées de patriotes souchiens et parfaitement koufars n'est pas vraiment évident.

Il oublie au passage sa propre sécurité de grande gueule trouillarde et celle de ses équipes, y compris le personnel du Bataclan (qui a payé un lourd tribu). Il était en effet obligé d'accéder au Bataclan pendant deux ou trois jours avant le concert pour répéter, et, comme je l'ai démontré, dans un environnement particulièrement favorable à l'action d'un sniper, entre autres.

 

 

 

 

 

MAJ DU 21.09.2018 : Grande victoire de la résistance patriote, Médine jette l'éponge, et dégage du Bataclan. Il va aller raconter ses saloperies au Zénith, ce qui est parfaitement possible dans notre république laïque qui garantit la liberté d'expression.

Sans vouloir tirer les couvertures à soi, ce site, très lu à la piscine, par un juge d'instruction, et sans doute par les barbouzes Élyséens du CNCT, y a largement contribué, en décrivant plans à l'appui les enjeux d'une bataille rangée en plein centre de Paris.

 

 

 

 

 

MAJ DU 19.09.2018 : Maintenant que les lieux sont présentés, mais il faudra d'autres données, reste à envisager les scénarios possibles.

Il est évident que l'enjeu est capital pour les résistants patriotes, mais aussi pour le camp d'en face, les TSI (tenants du système islamique), qui, à mon avis, a poussé sur ce coup le bouchon de la provocation un peu loin. On est en effet dans le registre de la forfaiture de Black M et des batifolages entre les tombes des poilus à l'ossuaire de Verdun.

Première donnée, les deux concerts sont complets, la capacité annoncée de la salle est de 1497 personnes. Les spectateurs seront majoritairement d'origine étrangère musulmane, forcément, de troisième génération, les plus sensibles aux sirènes de Mein Koran, mélangés avec des collabos de la gauchiasserie. C'est en effet le public de notre djihadiste, qui viendra des enclaves de non droit de la banlieue, voire des quartiers ZUS intra muros tout proches. Ces bêtes là, ça court vite et a le sang chaud, et s'énerve à la moindre contrariété, avec surin. Sans compter les resquilleurs qui peuvent profiter de la confusion pour rentrer gratos et les habituels pillards.

Un blocage de la circulation des transports en commun est donc impossible.

Mettre en place un filtrage préalable (par exemple aux gares de l'Est et du Nord) par les forces de police générera des incidents, en plus c'est facile à contourner, les drôles ont des portables, même en prison, c'est dire. Alors qu'en temps ordinaire il y a une fluidité, là vont s'accumuler devant la salle des files d'attente et attroupements ne serait ce que pour effectuer des fouilles approfondies des spectateurs. Entre autres récupérer les couteaux. 

Quatre*** cas de figure :

-- Les patriotes réussissent à s'imposer devant la salle, sur le boulevard Voltaire et les jardins de l'avenue Richard Lenoir, ceci suffisamment tôt dans l'après midi. Dans ce cas, il faudra que les spectateurs traversent la manifestation. Bagarres (au couteau ?) garanties + affrontements en plusieurs endroits différents avec des groupes attaquant de l'extérieur, ce qui est ingérable par la police,

-- Les TSI et gauchiasses (blackblock, antifas, troufions de la Méluche et rats d'Hidalgogol) réussissent la même opération, prendre le pouvoir sur le lieu, et la confrontation aura lieu en périphérie, en plusieurs endroits différents comme ci-dessus, mais plutôt par le sud. Sauf que les manifestants patriotes auront pour consigne "pas de violence", car sinon les rats de journalopes du système vont s'en donner à coeur joie (néo-nazis, ultra-droite, comme pour les reportages pourris de BFMacron sur Chemnitz),

-- La manifestation des patriotes est sous forme de cortège (avec un rassemblement ailleurs que devant le Bataclan), il se forme donc un front en travers du Bd Voltaire et du Bd Richard Lenoir. Ce ne sont pas les projectiles qui manquent.

-- Le "bordel" total, le melting pot, un gang bang.

Bon, la responsabilité est dans le maroquin brûlant de Gérard Collomb, tu interdis, dégonflé, ou pas ?

*** Un ajouté le 20/09

 

 

 

 

 

MAJ DU 17.09.2018 : La manifestation des lépreux devant le Bataclan, si elle n'est pas canalisée par un service d'ordre et une organisation des déplacements sans faille risque de tourner au vinaigre, aussi bien lors de l'arrivée qu'au moment de la dispersion. 

Débouler la gueule enfarinée avec son drapeau Français sous le bras, et pour certains un béret, une baguette et un litron de rouge, dans les gares de l'Est et du Nord, puis emprunter le métro traversant les zones de non-droit des ZUS (voir plan ci-dessous) est un tantinet risqué. Il est évident qu'un rassemblement place de la République, lieu symbolique s'il en est, avant de se rendre devant le Bataclan tout proche, c'est impossible.

Venir en bus est encore pire, une fois le contenu repéré, rien de plus facile que faire cramer 80 kouffars d'un coup. 

Il faut donc arriver par le sud, par Nation ou Bastille et commencer l'infiltration à pieds tôt dans l'après midi, les lieux s'y prêtent, en particulier le large Boulevard Richard Lenoir (qui surplombe le tunnel du canal St Martin). En effet une arrivée tardive, c'est la garantie d'être bloqué avant de parvenir devant le Bataclan, car le pouvoir joue sa tête sur cette affaire. Le risque de se retrouver coincé entre les CRS et les hordes musulmanes manipulées par les provocateurs antifas et blackblock est maximal.

Autre élément, l'espace utilisable devant le Bataclan est d'environ 20000m2, en comptant 2 à 3 personnes au m2, on arrive à 60000 manifestants possibles pour donner un résultat médiatique correct. 

Pour la dispersion, forcément tardive et de nuit, bonjour la chasse au patriote. Il vaut donc mieux se déplacer en groupes d'amis constitués d'avance.

 

 

 

MÉDINE, MORCEAUX CHOISIS

 Taliban et banlieue donne talibanlieusard

A la journée de la femme, j’porte un burquini

Islamo racaille c’est l’appel du muezzin

Crucifions les laïcards comme à Golgotha

Si j’applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante
J’mets des fatwas sur la tête des cons

On fête les émeutes comme tu fêtes la Toussaint

c’est nous, on braque Paris et en passant, il évoque les crasseuses de souche
Application de la charia de sorte que « les voleurs » (les laïques) ne puissent plus « faire de main courante »
Ta barbe rebeu dans ce pays, c’est Don’t Laik

Ton voile ma sœur c’est Dont’ Laïk

Ma foi négga dans ce pays c’est DontLaïk
Nous sommes les épouvantails de la République

Les élites sont les prosélytes des propagandistes ultra laïcs

 

MEDINE et sa femme Asiatique. Pervers narcissique typique. Le Koran rend bien fou :

 

https://www.facebook.com/1744502942304164/videos/1747440192010439/?t=12 

 

 

 

 

MAJ DU 14.09.2018 : Sens interdit, sauf vélos, le détail qui tue.

 

 

 

MAJ DU 14.09.2018 : Passage St Pierre Amelot. Sorties de secours, de nombreuses personnes ont pu sortir par ces portes lors de l'attentat, dont des blessés. Ce passage étroit, avec des possibilités de tirs d'enfilade, est un véritable piège en cas de blocage des extrémités par des véhicules lourds. Mon petit Médine, un conseil, c'est pas le bon endroit pour rentrer et sortir.

 

 

 

MAJ DU 14.09.2018 : Le boulevard Richard Lenoir, situé au dessus du tunnel du canal St Martin, offre de nombreuses possibilités d'infiltration d'un commando ou d'un "loup solitaire".

 

 

 

 

 

MAJ DU 13.09.2018 : Images Google Street View. Le cliché de la manifestation de Génération Identitaire montre que les lieux n'ont pas changé, mais le café a été rénové en 2017 après l'attentat (il faut en effet se méfier des dates de prises de vue, idem pour les images du site IGN). Le café est de toute évidence un lieu très vulnérable, il y a même une vidéo qui montre la disposition des lieux : http://www.grandcafebataclan.com/galerie !

De très nombreuses photos traînent sur le net, même pas besoin de se déplacer pour préparer son coup. 

 

 

 

 

MAJ DU 14.09.2018 : En octobre, le feuilles tombées, le Bataclan aura cet aspect. L'idéal pour un sniper.

 

 

 

 

 

MAJ DU 12.09.2018 : Un spectacle musical se prépare par des répétitions et des "balances", des réglages d'éclairage (la fille de Patrick jardin était éclairagiste), car il faut restituer une ambiance, celle des clips en particulier, et c'est compliqué. De plus, les salles sont toutes différentes, la mise en place doit donc se faire à l'avance.

Ce cher Médine et tout son staff, vont donc devoir entrer et sortir plusieurs fois, rester sur place plusieurs heures entre le 16 et le 19 octobre. Cela va poser un gros problème de sécurité, car si une manifestation classique est prévue, rien n'empêche que d'autres actions soient entreprises durant cette période.

Car ce qui pend au nez des islamolâtres de l'Elysée, c'est l'émergence d'un loup solitaire, d'un Breivik Français, voire plusieurs agissant séparément (rappel : c'est contraire à la doctrine REVEIL PATRIOTE/AFO).

De plus, le terrain se prête à l'action d'un tireur d'élite ou un poseur de bombe, la salle est enclavée, il n'y a que deux accès, la place en face est bien dégagée, ce qui ouvre les angles de tirs, les itinéraires d'infiltration sont nombreux et très difficiles à contrôler.

Qu'en pensent es petits marquis du CNCT ? Démonstration à suivre.

 

 

 

 

 

MAJ DU 10.09.2018 : L'organisation d'une manifestation prend tournure. Le Grand Mamouchi du CNCT risque bien de se retrouver avec un "Effet Chemnitz", une manifestation plus nombreuse que les camps d'en face. A cette occasion, un appel de 100 personnalités, montre que la résistance est pour le moment dispersée et très diverse, mais que cet événement est l'occasion d'une agrégation. 

 

 

 

 

https://ripostelaique.com/face-a-medine-le-19-octobre-des-milliers-de-francais-seront-devant-le-bataclan.html 

 

MAJ DU 08.09.2018 : Quelques articles :

 

http://resistancerepublicaine.eu/2018/09/07/medine-au-bataclan-le-juge-des-referes-saisi/#comment-705006 

https://ripostelaique.com/medine-au-bataclan-peuple-francais-tu-ne-peux-laisser-faire-cela.html 

 

 

MAJ DU 08.09.2018 : La provocation de Médine au Bataclan est un test, à mon avis décidé en haut lieu. Rappelons que le Bataclan appartient au groupe Lagardère (qui ferait bien de s'abstenir), il est vrai généreusement financé par le Qatar. Comme disait la chanson : qui a eu cette idée folle ?

L'ignominie, l'humiliation de la France de voir un salafiste avéré -- les paroles de ses raps sont claires -- patauger dans le sang des victimes, entraîne évidemment des réactions de colère bien naturelles. De toutes façons la polémique va aller en s'amplifiant, car la découverte des insanités contenus dans ses textes va peut être ouvrir les yeux aux moutons prêts à l'égorgement (dont l'association des traîtres "Life for Paris", même pas en Français).

La première réaction est de demander l'interdiction, mais c'est de la censure, dans le pays de la liberté d'expression c'est pas vraiment halal.

Les dangers d'une manifestation, ou pire de plusieurs en ordre dispersé, sont les risques d'affrontements avec les "fans" musulmans de Médine et de son prophète (les clips sont vu des millions de fois), la contre-manifestation des crasseux de la gauchiasserie (genre blackblock et antifas) à prévoir (un peu comme ce qui s'est passé avec Dieudonné), les éléments incontrôlés "d'ultra droite", la vraie, pas la résistance patriote, et même des barbouzes sous faux drapeau chargés de simuler et déclencher les charges de police, après ça part en vrille. Vu le contexte, 100000 manifestants musulmans, qui s'opposent à la libre circulation des patriotes qui ont le droit de manifester, c'est possible.

Il est évident que le pouvoir, ses crânes d'oeuf du CNCT et le sénillissime de la place Beauvau, sont sur les dents. 

Cette situation est un cas d'école, car comme facteur déclenchant on ne peut pas faire mieux : affrontement sanglant, situation insurrectionnelle, avec destructions des commerces, incendies de véhicules, pillage, on a vu ce que cela a donné à Nantes. Ceci en plein Paris, ville poubelle de l'Hidalgogol, même les rats vont se planquer. Signalons au passage que les lieux sont situés à une portée de cocktail Molotov des ZUS du 11ième, et à quelques encablures des enclaves du 18°.

Je vais donc vous proposer d'étudier le cas du point de vue d'un militaire qui serait engagé dans la panique après la défaite de la police, en vous présentant dans un premier temps les lieux, voir la page RENSEIGNEMENT pour la méthode et les liens.

 

 

Le BATACLAN est marqué du point orange. 

 

Le cadastre. Vous me direz pourquoi ? Et bien je ne vais pas vous le dire.

 

 

Quartier ZUS. Le BATACLAN est marqué du point orange. 

 

Quartier ZUS. Le BATACLAN est marqué du point orange. 

 

Quartier ZUS. Le BATACLAN est marqué du point orange. 

 

 

http://www.guidemusulman.com/departement/75-paris 

 

Quartiers "QPV" = enclaves musulmanes. Rendez-vous vous êtes cernés.

Paris est bel et bien indéfendable, d'où le fameux exercice d'évacuation dans le Lot en décembre 2017

 

https://sig.ville.gouv.fr/Atlas/ (c'est en première ligne)

 

 

https://www.facebook.com/events/247303822685487/permalink/276111249804744/ 

 

MEDINE et sa femme Asiatique. Pervers narcissique typique. Le Koran rend bien fou.

 

https://www.facebook.com/1744502942304164/videos/1747440192010439/?t=12 

 

 

 

 

MISE A JOUR DU 25.07 8h30 : Les journalistes se reprennent les uns les autres, quand ça ne vient pas de la parole d'Evangile de l'AFP. Si la fake-news empoisonnement halal venait du Parisien, ce bobard de dézinguage de Médine vient de LCI. A la manoeuvre un certain Hamza Izzir. Bon d'accord je vois le mal partout.

Bref, comme d'hab, ça va se dégonfler et se terminer par des "objectifs flous", des "participations à des réunions", des "contours mal définis", des "profils atypiques".

D'autant plus que zigouiller un type qui fait 3 millions de vues à chaque vidéo où il crache à la figure du kouffar est un tantinet contre productif, et je le rappelle, contraire aux ordres. Très productif, il faut dire que le rap est comme disait Gainbourg, lors d'une engueulade avec Guy Béart, au moins un art mineur, mais plutôt un charabia aussi obscur qu'un hadith. 

A suivre.

 

 

 

 

 

MISE A JOUR DU 12.06.2018 : Décidément, le Bataclan devient une affaire d'état, un point chaud pouvant mettre le feu aux poudres, le point de passage à la phase 3 de Lacheroy pour la Guerre de France.

D'abord cette cible n'avait pas été choisie au hasard : le propriétaire était Juif, et le groupe Eagles of Death Metal plutôt porté sur le satanisme. Vu la proximité du Sentier et du Marais, disons que les terroristes étaient sûrs de tuer des Juifs et des homosexuels, appliquant ainsi la charia de Mein Koran.

Huit soldats du dispositif Sentinelle présents ont semble t'il reçu l'ordre de ne pas intervenir (ou dans la panique, n'ont pas reçu d'ordre), probablement du préfet, mais le rôle de leur hiérarchie n'est pas très clair : un véritable chef peut passer outre, et assumer ensuite. Ils n'avaient pas à se séparer de leurs FAMAS, donner cette arme à quelqu'un d'inexpérimenté est la porte ouverte à des dégâts collatéraux.

Après un tel événement, il est normal que le propriétaire ait revendu son affaire. Et c'est là que ça se corse : la salle aurait été rachetée par une filiale du groupe Lagardère, dont un des actionnaires est le Qatar. Belle fourberie ?

Après la programmation un peu provocante d'une pièce de théâtre titrée "Djihad", on passe la vitesse supérieure avec un rappeur tout ce qu'il y a de plus musulman qui veut crucifier les laïcards et prône le djihad.

C'est le 18 actobre 2018.

"Casus belli" !

 

 

.