GUERRE DE FRANCE

 

 

Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national.

 

 

 

Accueil Remonter Liens Contacts

 

OPÉRATION RÉSURRECTION

 

MISE À JOUR DU 14.01.2022

 

 

 

Cliquer sur l'image pour lire le pdf

 

MISE A JOUR DU 14.01.2022 : Curiosité de dernière heure, Mathieu Bock-Côté dans l'émission de Christiane Kelly sur CNEWS, évoque l'Opération Résurrection comme complot réussi. Or cette partie de l'histoire de France, qui a eu pour conséquence la création de la V° République, mazette, ne fait pas forcément partie du bagage culturel d'un Canadien. Et comme ce site est le seul en ce moment sur cette vieille histoire passionnante, concluez. A propos des complotistes, il cite en autres les Juifs ou les Francs-Maçons comme éventuels boucs émissaires et/ou fauteurs de troubles. Mathieu, cher lecteur, c'est et et toujours.

 

Ce texte d'un marxiste bon teint, avec la dialectique de l'époque (les bourgeois !) est assez objectif et reflète bien la manière dont les parlementaires de la IV°, dont les 141 députés communistes se sont retrouvés mis devant le fait accompli.

L'auteur décrit l'autonomisation de l'Armée en Algérie, loin des yeux loin du coeur, le facteur déclenchant que fut l'exécution par les copains du FLN de Gisèle Halimi entre autres de trois soldats du contingent en Tunisie, la constitution du comité de salut public (tiens donc ?).

Initialement, l’Opération Résurrection devait voir les « paras » tant d’Algérie que de Corse sauter sur Paris et prendre le contrôle des points névralgiques.
Le général Edmond Jouhaud, dans un document racontant l’épisode, décrit cela de la manière suivante :

Groupement de Vismes : se porter sur la Préfecture de Police et l'Hôtel de Ville ;

Groupement Cousteaux : se porter sur le ministère de l'Intérieur et protéger l'Elysée (NDLR et non pas le prendre, président René Coty) ;

Détacher ensuite un élément sur le central régional des P.T.T. ;

Groupement Château- Jobert : se porter sur la tour Eiffel, les studios de l'O.R.T.F., le centre des communications militaires avec les territoires d'outre-mer ;

Groupement Moulie : se porter sur la Chambre des députés, le ministère des Affaires étrangères, la présidence du Conseil, la direction générale des P.T.T. et les studios de l'O.R.T.F., occuper les locaux et neutraliser le personnel présent.

Une telle action conduisait à s'emparer des leviers de commande de l'Etat ou tout au moins a les contrôler.

Mais, en réalité, ce à quoi on aboutit était un coup d’État militaire depuis la métropole même, plus précisément depuis Paris, avec la participation de l’état-major des armées de terre, de l’air et de la marine, unanimement (NDLR L'Ecole de Guerre comme les Etats Majors sont dans Paris intramuros, et Versailles est à 1h en petite foulée).

Toute ressemblance avec la situation actuelle ne saurait qu'être fortuite...

Mais rien n'empêche de s'inspirer.

 

 

 

MISE A JOUR DU 14.01.2022 : Le site EXODE 1962, bien que spartiate, est très documenté sur les événements du 13 mai 1958 et la suite.

https://exode1962.fr/exode1962/en-savoir-plus/13mai/13mai-introduction.html 

https://exode1962.fr/exode1962/en-savoir-plus/13mai/resurrection1.html 

Dans le même registre : https://ripostelaique.com/ouverture-des-archives-sur-la-guerre-dalgerie.html 

 

 

 

MISE A JOUR DU 07.01.2022 : Les parachutistes sont démocratique ? Ben voyons.

 

 

MISE A JOUR DU 05.01.2022 : La situation actuelle n'est pas sans rappeler celle de 1958, où l'exécutif était paralysé par les partis, en particulier pour prendre des décisions concernant les "événements" d'Algérie. Ce n'est donc pas un hasard si cet épisode historique de l'opération résurrection émerge en ce moment.

 

 

 

MISE A JOUR DU 04.01.2022 : Un honorable correspondant m'a signalé cette "Opération Résurrection" (voir la fiche Wikipedia qui ne digère toujours pas les accents), putsch militaire qui a fait tomber la IVième République comme un fruit trop mûr, en fait bien pourri, et permis l'accession au pouvoir de De Gaulle. Il était quand même prévu de coffrer Pfimlin, Mitterrand, Mendès France et au cas où Duclos et Thorez.

Les effectifs engagés étaient très faibles (un bataillon BCP faisait entre 250 et 500 hommes).

Toute ressemblance avec la situation actuelle est bien entendu totalement fortuite. Mais le déroulement est à étudier car on ne sait jamais. Rappelons en effet que ce qui est devenu une secte au pouvoir a une trouille bleue de l'Armée (et accessoirement de la Gendarmerie).

Voir : https://exode1962.fr/exode1962/en-savoir-plus/13mai/resurrection1.html